☀︎
Notes de lecture 2014, Nouveautés

Note de lecture : « Histoires d’un médecin russe » (Maxime Ossipov)

La dissolution de l’Union Soviétique, l’invention cahin-caha de vies nouvelles, magnifiquement contées au ras des sensations d’une galerie de personnages mystérieusement centrés autour d’un « simple » médecin russe.

x

Histoires d'un médecin russe

Publié en 2012, à paraître en français fin août 2014 chez Verdier, dans une traduction d’Éléna Rolland, ce deuxième roman de Maxime Ossipov arpente les soubresauts de la fin de l’Union Soviétique en assemblant subtilement, autour d’un médecin écartelé entre jobs de jour, jobs de nuit, hôpital, clinique et arrondissements de fin de mois, une galerie de personnages, émigrés installés aux États-Unis comme, déjà, émigrés intérieurs d’un pays dont le libéralisme effréné de barons-voleurs se prépare à les laisser sur le bord de la route, personnages dont les relations, structurelles ou hasardeuses, ne se dévoileront qu’au fil des pages, brossant au passage un tableau magnifique de cruauté rieuse et tout empli de cet humour noir si caractéristique qui nous enchante chez le Gary Shteyngart du « Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes russes » (2002), sans le recours à la farce gigantesque qu’affectionne tant l’auteur d’ « Absurdistan » (2006), et, au cinéma, chez le Pavel Lounguine de « Taxi Blues » (1990) ou de « Un nouveau russe » (2002).

« Le cri de l’oiseau domestique éloigne le mal qui a gagné en force durant la nuit.
Un matin à l’hôpital. Sur le lit, un homme maigre, nicotiné, un chauffeur d’autobus victime d’un infarctus, un drôle d’oiseau. Il est hors de danger et il regarde se faire soigner son voisin, un petit vieux aux allures de clochard, au poignet tatoué du soleil bleu des gardiens de camp. Un choc électrique, et le rythme cardiaque est redevenu normal. « Le vieux va mieux, il respire beaucoup moins », plaisante le chauffeur derrière son paravent. Nous échangeons un coup d’œil. Est-ce qu’il sera autorisé à conduire à nouveau ? Et puis il y a d’autres soucis, plus actuels : comment empêcher que sa femme tombe sur l’autre visiteuse, celle qui lui apporte de la viande grillée. Ce chauffeur comprend aussi pas mal de choses me concernant : les oiseaux sauvages sont perspicaces.
L’aspiration est claire : aimer non seulement ses proches, mais plus largement – les gens et le lieu. Pour cela, il faut se remémorer, observer, inventer. »

Ne cherchant pas à gloser ou à donner des leçons, veillant à éviter à chaque instant l’écueil de l’essai glissé dans le roman, Maxime Ossipov nous offre une réalité bigarrée et touffue, dans laquelle les perceptions de ses narrateurs, de leurs proches et de leurs rencontres définissent, seules, la vérité, de ce moment de basculement étalé sur une quinzaine d’années. Comme, curieusement, dans les enquêtes policières d’Alexandra Marinina, le réalisme cru du décor et de la déliquescence palpable n’empêche aucunement la poésie baroque et paradoxale d’un quotidien à réinventer.

« C’est révoltant, il n’y a pas de quoi s’attendrir, mais cette joyeuse participation à la triche collective renforce l’union nationale tout autant que les lois. Vous n’avez pas payé vos factures d’électricité, de gaz, de téléphone ? Dans la capitale, manquer d’argent, c’est la honte ; ici, c’est plutôt la norme. « Ce compteur électrique ne marche pas très bien, constate l’employée venue faire les relevés. – C’est bien ce qui me semblait… Mais venez donc vous faire soigner chez nous, et amenez votre famille ! » Compréhension, confort, affection. Ça n’a pas que des bons côtés, mais c’est du solide. Tout le monde sait tout sur tout le monde. Comme au paradis. »

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

x

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :