☀︎
Notes de lecture 2014

Note de lecture : « Nomade je fus de très vieille mémoire » (Anthony Phelps)

Une intense anthologie au cœur de cinquante ans de poésie du Haïtien Anthony Phelps.

x

Nomade je fus

Publiée en 2012 chez Bruno Doucey, cette anthologie regroupe une riche et intelligente sélection de la poésie de l’Haïtien Anthony Phelps, couvrant toute la période 1961-2011, puisant dans treize recueils différents au long de ces cinquante ans d’écriture.

L’excellente préface de Bruno Doucey aide nettement le lecteur peu familier de l’histoire littéraire haïtienne à pleinement apprécier, parallèlement à ses mots de tendresse et de feu, la place unique qu’occupe ce poète, issu d’un milieu relativement aisé et cultivé, infatigable animateur de cercles littéraires comme de cercles politiques discrets ou non, contraint à l’exil sous Duvalier, en 1964 (ce dont rend compte, d’une autre manière, son magnifique roman « Des fleurs pour les héros », récemment réédité au Temps des Cerises), Québecois d’adoption comme plusieurs autres de ses compatriotes écrivains, instaurant après la chute du dictateur dynastique en 1986 une complexe relation au pays et à l’exil, très présent dans la vie culturelle haïtienne tout en étant un voyageur permanent d’une forme de « tout-monde » comme l’aurait peut-être dit à son propos Édouard Glissant.

Écrivain lumineux et poète inspiré, Anthony Phelps est aussi homme de théâtre, diseur et conteur d’exception, à la voix bien souvent célébrée, que nous aurons la grande chance d’accueillir en notre librairie Charybde le mercredi 17 septembre prochain, pour une lecture et une rencontre que nous anticipons inoubliable.

x

Haiti 1

Photo : Magmaster

« Je dis qu’il faut tirer la chaîne
et lever l’ancre et puis partir
car cette heure est propice et bonne
cette heure où l’ombre se déchire et coule
où les objets ne sont plus ce qu’ils sont
mais d’un degré plus purs
où l’on voit chaque forme provoquer dans l’obscur
la naissance de cette chose qui remue
entre le ciel et nous comme un grand trait d’union.

Il nous faut supprimer les troublantes amarres
et partir cap à l’ouest à la recherche du décor
car dans la nuit j’ai suscité un monde
à ma propre mesure où vivre m’est possible
où toute chose existe à laquelle je crois
car je porte sur moi
l’orientale richesse de mon âme sans rides. »

(Présence, 1961)

Haiti 2

x

« Clos, le jardin des merveilles
où danse Alice le pas des feuilles mortes.

Le petit singe qui me ressemble
fera ses pitreries
de l’autre côté de la neige.
C’est le temps des adultes,
le temps des mots qui m’appartiennent.
Clos, le jardin des merveilles. »

(Points cardinaux, 1967)

x

« Le temps n’est plus au jeu
nous avons dépassé le chant des marionnettes
Le temps n’est plus au sommeil
nous avons dépassé le chant de l’enfant do
Et l’enfant ne dormira pas
il fait un temps de veille
Mon Pays a un caillot de sang dans la gorge. »

(Mon pays que voici, 1968)

Macoutes

Tontons macoutes en 1964.

« Jadis quand l’homme levait la main contre la pierre
l’oiseau moqueur annonçait l’exode du fer
la voix mineure de l’écorce relayait le chant de l’aubier
j’emportais ta présence sous mes paupières
la nuit ne jouait plus dans tes cheveux
et au verso des baisers naissaient des étoiles

Jadis un pan de lune
amère comme un saxophoniste aveugle
glissait sur les lamelles du store
quand tes rêves de fer et d’argile
agitaient le silence dont se vantait ma bouche

Jadis quand les oiseaux chantaient
dans ton grenier de lumière
tu apprenais les mots qu’il ne fallait point dire »

(Les dits du fou-aux-cailloux, 1968)

« C’est la nuit des invertébrés
ombre plénière sur le silence des fuyards

Antillais de forte souche et de longue lignée
nous parlons maintenant langage de gratte-ciel
paroles de givre et mots de neige. »

(Motifs pour le temps saisonnier, 1976)

-

Kanaval à Montréal en 2013 (Photo : Montreal Gazette)

x

« Passé de mémoire d’ange que je décrypte
Sous les poils crépus des mots sirènes
et les rognures du temps
je remonte le fil des contes crépusculaires
ponctués de déesses marines
de maîtres de carrefours

Au chemin creux des aromates
ma voix sans gîte
redécouvre la paille et le feutre
En bavardages coudés érodant la distance
ma vie reprend ses aises sous l’œil neuf de l’enfance
et à coutures précises
je m’insère à nouveau dans la tendresse d’un peuple

(…)

x

Transcriptions en spirale de paroles-grimoires
Cube ou rectangle
Dé ou domino
Double-six
Blanc partout

Archéologue et ramoneur
je vis dans la coulisse des mythes
À partir d’un fragment
la phrase entière et signifiante
D’une tige carbonisée
tout un feu de Bengale
Le positif d’un peuple sous son ourlet de sang

(…)

Exorcisant à foulée d’Ours et de Scorpion
le concert de voix mercantiles
et le récitatif d’idéologues fripiers
j’ai fui l’envoûtement des mangeurs de lotus
Je n’erre plus maintenant
parmi les boucles dures des visions en losange

Boussoles figées loin des pilleurs furtifs
et des bêtes en papier mâché piégé
j’ai fondé mon lieu vrai
dans la grâce affranchie des miroirs
ma fortune à moi couchée haut
un doigt de sel sur ses lèvres

(…)

Caraïbe oublieux
je retrouve la turbulence des pois de senteur
la farine du dieu sans tremblé ni bavure
et mon midi ludique
ravive sa broderie tendre et ailée
Femme de visitation
il fait un temps protocolaire
et j’ancre ma demeure sous la lune apaisée
mais chiffonnier baladeur et frileux incrédule
je procède à semelle prudente
dans ma neuve oasis
Nomade je fus de récente mémoire »

(La Bélière Caraïbe, 1980)

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

x

Anthony Phelps

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :