☀︎
Notes de lecture 2010

Note de lecture : « Bonaparte en Italie – Naissance d’un stratège » (Stéphane Béraud)

Précis et pédagogique, même pour le profane, sans rien sacrifier à la qualité et à la profondeur.

x

Bonaparte en Italie

Publié en 1996, réédité dans une version illustrée et enrichie en 2008 chez l’éditeur Bernard Giovanangeli, « Bonaparte en Italie – Naissance d’un stratège », déguisé en livre d’art richement illustré, nous permet beaucoup plus que de patienter en attendant le tome II de « La révolution militaire napoléonienne » de Stéphane Béraud.

Une analyse précise de la manœuvre stratégique et des enchaînements tactiques de Bonaparte en 1796-1797, puisée aux meilleures sources et brillamment mise en perspective, fournit une vue profonde de la naissance de l’art militaire napoléonien, lors de cette première « mise à l’épreuve » d’un savoir-faire au départ essentiellement livresque et théorique, fruit des longues heures d’étude passées au Comité militaire chargé des plans de campagne, durant l’année 1795.

« Il aura donc étudié le théâtre d’opérations de l’armée d’Italie pendant plus d’un an et demi avant d’en devenir le commandant en chef ».

Bien que proposant un traitement classiquement chronologique de cette campagne d’Italie, l’auteur réussit la prouesse de dégager la logique de chaque manœuvre successive: manœuvre en position centrale offensive (Carcare, avril 1796), manœuvre offensive sur les arrières (Lodi, mai 1796), manœuvre en position centrale et bataille avec attaque tournante (Castiglione, août 1796), combinaison de manœuvres défensives en position centrale et sur les arrières (Arcole, novembre 1796), manœuvre en position centrale et bataille sur position centrale (Rivoli, janvier 1797),…

NAPOLEON-ARCOLE

« Le génie militaire de Napoléon réside ainsi dans l’élaboration d’une doctrine militaire par le raisonnement et non par l’expérience. (…) La campagne d’Italie marque alors un tournant dans l’histoire de la stratégie militaire. Bonaparte va pour la première fois combiner la mobilité et la concentration des forces pour vaincre l’adversaire. »

Cet ouvrage précis et très pédagogique, même pour le profane en la matière, illumine d’une grande clarté les prémices de la révolution militaire napoléonienne, et permet par exemple de mieux comprendre pourquoi Clausewitz consacra autant d’énergie à l’analyse détaillée de cette campagne de 1796.

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :