☀︎
Notes de lecture 2011

Note de lecture : « Contes du pays tammari (Bénin) » (Sylvain Prudhomme)

Délectable plongée dans l’imaginaire du pays tammari (« pays somba ») au Bénin.

x

Contes du pays tammari

Publiés en 2003 chez Karthala, ces 48 contes du pays tammari (le massif de l’Atakora, au nord du Bénin, fréquemment appelé « pays somba » par un petit abus de langage hérité du colonisateur français) ont été rassemblés un par un, et choisis parmi une centaine, par l’équipe de Sylvain Prudhomme, qui les a répartis en trois grandes familles (contes de l’origine, leçons de choses, les aventures du lièvre).

On se délectera ainsi d’apprendre, entre autres, la raison de la fréquente préférence des hommes pour les jeunes femmes (« La vieille femme et le pénis »), l’origine des parties viriles (« Pourquoi les hommes ont des testicules »), l’importance de consulter le médecin avant qu’il soit trop tard (« La Mort et la Magie »), l’étonnante origine des serpents, scorpions et autres cancrelats (« Comment naquirent les animaux nuisibles ») ou encore la raison d’être de la particularité du coq (« La crête du coq »).

Parmi les leçons de choses, j’ai particulièrement apprécié « La leçon du bousier » (ou les vertus ambiguës de la patience et de l’abnégation), « L’aveugle et le lépreux » (ou les avantages et les limites du travail d’équipe), « Les deux amis » (ou rejoignant Œdipe, la connaissance du futur n’est pas nécessairement gage de bonheur…), « Les trois idiots » (dont je laisserai chacun tenter de résumer la morale !), « Les deux fils du chef » (ou la supériorité de l’esprit sur la lettre), « Les deux veuves » (ou une élégante manière de résoudre une transposition du dilemme du prisonnier), et enfin « Le jeune homme amoureux » (sans doute la plus triste du recueil – ou l’horreur de la colère disproportionnée).

Le lièvre enfin, personnage trouble, arrogant et rusé, est le héros de nombreux contes, parmi lesquels j’ai bien apprécié « Le lièvre et l’hippopotame » (qui nous explique pourquoi l’hippopotame est le plus souvent largement dissimulé dans l’eau) et « Le lièvre et la chouette » (à la bien triste morale sur la fréquente supériorité sociale de l’apparence).

En prime, l’introduction du recueil est un véritable petit guide historique, sociologique et architectural du pays tammari, et donc une lecture précieuse pour tous les actuels et futurs visiteurs du « pays somba » !

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :