☀︎
Lectures BD

Lecture BD : « La Brigade Chimérique » (Serge Lehman, Fabrice Colin, Gess)

Élucider le mystère de la disparition des super-héros européens en une fabuleuse lecture mytho-politique de l’entre-deux-guerres.

x

La Brigade Chimérique

Publiés chez l’Atalante en 2009 et 2010, les six albums de la série « La Brigade Chimérique » ont été regroupés en 2012, chez le même éditeur, en une somptueuse intégrale, qui fournit l’occasion de lire d’un bloc cette saga extrêmement cohérente sous son apparent foisonnement.

Sur un scénario original de Serge Lehman et de Fabrice Colin, un dessin confié à Gess (rencontré sur l’illustration du magnifique « Livre des ombres ») et une colorisation par Céline Bessonneau ont permis l’éclosion de cette BD dont il y avait bien peu d’équivalents en France : gorgée avec bonheur de méta-littérature, elle s’interroge le plus sérieusement du monde sur un « fait culturel » (l’exclusivité américaine du phénomène du « super-héros » de comics après 1945) pour confier à des justiciers français et britanniques, à des « super-vilains » italiens et allemands et à d’ambiguës créatures soviétiques, tous personnages issus de (ou retravaillés à partir de) la littérature populaire européenne des années 1910-1930, le soin d’expliquer cette « disparition », au fil d’un récit dévastateur mettant précisément en scène la montée à la guerre de la période 1936-1939 et la préparation du génocide orchestré par les Nazis.

Mêlant personnages historiques à la stature proprement mythique (Marie Curie, Irène Curie et Frédéric Joliot, tout particulièrement) et personnages fictifs chers aux feuilletons, mais revus ou augmentés à la faveur du cinéma de l’époque ou de mythes plus anciens (le rôle du Golem est d’une intelligence époustouflante), jouant de codes visuels divers en fonction des situations et des lieux, cette œuvre réjouit le lecteur par la rare association d’une ferveur dévouée au « mauvais genre » et à l’imaginaire aux airs les plus gratuits et d’une réflexion sociale et politique sous-jacente qui est bien loin de n’être que prétexte ou caricature, se comparant ainsi avec succès aux plus intelligents des comics américains contemporains.

À l’égal aussi d’une tendance relativement récente parmi les comics les plus ambitieux, les notes de sources et de création, regroupées à la fin de cette Intégrale, sont une passionnante lecture à elles seules.

Une lecture quasiment indispensable donc, et qui ne fait que renforcer l’attente de voir « Métropolis », série en cours, se déployer dans son ensemble.

Pour acheter l’intégrale chez Charybde, c’est ici.

x

Le Passe-Muraille dans la Brigade Chimérique

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :