☀︎
Notes de lecture 2013

Note de lecture : « Mobiles » (Sandra Lucbert)

Une lecture pertinente, attachante et curieusement joyeuse d’une jeunesse surexposée.

x

Mobiles

Publié en août 2013 chez Flammarion, ce premier roman de Sandra Lucbert réussit la prouesse, à partir d’un matériau relativement convenu en apparence, d’offrir une lecture pertinente et attachante d’une jeunesse « intellectuelle et culturelle » contemporaine, qui se déplace désormais toujours davantage sans filet, et qui arpente dangereusement les lisières d’un déclassement, d’un épuisement et d’un découragement définitifs…

À travers les portraits, livrés sur quelques semaines, d’une jeune prof remplaçante, confrontée à la sourde violence ordinaire d’une ZEP, avec ses bouffées passagères d’agitation lycéenne « hors normes » comme au triste perpétuel rangement des CDI, de son amant vidéaste qui ne « perce » pas, et dont le travail alimentaire de manutentionnaire de livres à la BNF le ronge de moins en moins sourdement, des amis artistes squatters, audacieux et désenchantés, mais ne renonçant pourtant pas, de l’amie gentiment embourgeoisée, passée (ou restée ?) du côté du manche économique, mais culpabilisant peut-être en conséquence, ou de la doctorante psychologue clinicienne, en attente d’un poste qui ne viendra peut-être jamais, Sandra Lucbert nous adresse un questionnement pensif qui échappe aussi bien aux caricatures agressives qu’au doux nombrilisme qui teinte beaucoup trop de romans se penchant sur ces « jeunes adultes »-là, qui ne sont ni en « succès » par adhésion au triomphant capitalisme ambiant (qui n’est pas moins redoutable parce qu’il affecte, à l’occasion, de culpabiliser un peu ou de prendre des airs de « monstre doux ») ni en « révolte », n’en trouvant ni la conviction ni l’énergie, usées qu’elles sont toutes les deux par les tâches qui ne sont pas encore celles de « survie », mais qui s’en rapprochent dangereusement. Tout cela bien loin des errances cocaïnomanes et nightclubbesques – même si elles font quelques discrètes mais inévitables apparitions – des beaux arrondissements de Frédéric Beigbeder ou de Lolita Pille

Un roman qu’il est intéressant de lire, en fort décodage de la « crise » issue en apparence des marchés financiers en 2007-2008, au sein d’un triptyque qui comporterait aussi « Les effondrés » de Mathieu Larnaudie, sublime lecture du monde des « grands » et des « puissants », et « L’esprit de l’ivresse » de Loïc Merle, qui se penche davantage, lui, sur une autre frange de cette même jeunesse, peut-être plus prompte désormais à l’émeute et à la révolte puisque lui fait défaut, à elle, le « capital culturel » – et sa part d’illusion – qui caractérise, plus ou moins fortement, les personnages de Sandra Lucbert.

Une autre lecture à recommander cet automne, donc.

« Elle descend les larges marches de pierre et s’engage dans le Carrousel. Espace clos décuplé d’échos. Une rumeur plastifiée, les magasins clinquants et les cafés vitrés, un jouet grandeur nature. Un concentré marchand, mais avec quelque chose de sophistiqué qui manque aux centres commerciaux. Cette atmosphère aseptisée l’apaise comme un silence de cloître.
Tiens elle va traîner un peu dans les magasins. Chez Nature et Découvertes, elle essaie une canne télescopique, un sifflet à plumes et une rainette ventouse aux miroirs. Elle écoute un CD de bruits d’arbres, remet plusieurs fois la plage Feuillage immobile. En revanche, Craquements de tempête l’agace. Un peu galvaudé. C’est l »heure. »

Ce qu’en dit Small Things est ici.

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

x

LUCBERT_Sandra_1_2-Copie1

© David Ignaszewski / Koboy © Flammarion

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :