☀︎
Notes de lecture 2012

Note de lecture : « Big Sur et les oranges de Jérôme Bosch » (Henry Miller)

Après la Grèce, les années passées par Miller dans la sauvage nature de Big Sur.

x

41GBZUtrnCL._SL160_

Publié en 1957, ce récit d’Henry Miller peut être lu comme un pendant et une « mise en application » d’un certain nombres d’idées esquissées avant-guerre dans « Le colosse de Maroussi ».

Installé rudimentairement en 1940, à son retour de Grèce, sur la sauvage côte de Big Sur en Californie, étroite bande de terrain ingrat et magnifique logée entre falaises et montagnes, nettement à l’écart de la « civilisation », il y mène une vie simple, austère, souvent difficile, en compagnie de voisins tous exceptionnels sous certains aspects… Le récit de cette vie, de sa dureté et de ses bonheurs, des visites d’amis, d’inconnus et d’importuns, pour le meilleur et pour le pire, entre difficultés d’éducation des enfants et plaisirs complexes d’aquarelliste, constitue en soi une « leçon », parsemée d’apparentes digressions plus théoriques, qui trouvent leur belle cohérence au fil de ces 400 pages…

Un livre qui résonne longuement dans le cœur et dans l’intellect du lecteur…

« Qui habitait ici à l’origine ? Des Troglodytes peut-être. Les Indiens sont venus tard. Très tard.
Quoique jeune, géologiquement parlant, cette terre a un air de vieillard. Des profondeurs de l’océan ont surgi d’étranges formes, des contours uniques et envoûtants. Comme si les Titans des abysses avaient œuvré pendant des éternités pour façonner et modeler la terre. Il y a des millénaires déjà les grands oiseaux de la terre étaient effrayés par les surgissements abrupts de ces formes.
Il n’y a ni ruines ni reliques dont on puisse rendre compte. Nulle histoire que l’on puisse évoquer. Visage de ce qui a toujours été. La Nature se sourit dans le miroir de l’éternité.
Très loin, là-bas, les phoques se chauffent sur les rochers, se tortillant comme de gros vers bruns. Et, dominant le grondement des vagues sur les brisants, on peut entendre leurs aboiements rauques à des kilomètres. »

x

Henry_Miller_Library

La Henry Miller Memorial Library, à Big Sur.

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :