☀︎
Notes de lecture 2011

Note de lecture : « L’attaque des dauphins tueurs » (Julien Campredon)

Cinq nouvelles d’humour diabolique et mutant, où le rire et la critique rivalisent.

x

L_attaque_des_dauphins_tueurs

Paru en 2011, ce nouveau recueil de Julien Campredon, toujours chez Monsieur Toussaint Louverture, poursuit le travail de sape à l’humour déjanté bien entamé avec « Brûlons tous ces punks pour l’amour des elfes » en 2006.

x

Cinq nouvelles pour évoquer, entre autres, les risques inhérents à la conclusion de pactes, consuméristes et carriéristes, avec un Diable, fût-il catalan (« Diablerie diabolique au clubhouse »), les détours ironiques des bibliothèques ou librairies magiques borgésiennes lorsque la crise immobilière s’en mêle (« La Vengeance du livre uruguayen »), les explications enfin compréhensibles sur la frénésie de bétonnage qui saisit tant de nos régions (« La Coulée de béton infernale »), les vicissitudes de l’invasion des terres ensoleillées par de nordiques retraités, lorsqu’un mysticisme malvenu peut s’en mêler (« M., M. M., D. & M. »), ou encore la métaphorique révolte de dauphins hédonistes mais néanmoins très déterminés lorsque l’État policier / protecteur finit par aller trop loin (« L’Attaque des dauphins tueurs »).

x

Un régal, à lire d’urgence et ranger ensuite précieusement sur son étagère, à portée de main, à côté des autres recueils de Julien Campredon et de ceux de Jean-Marc Agrati.

x

« Il faut aussi que je précise – car c’est de cette manie que je tire aujourd’hui mon malheur – que j’avais alors pour habitude de déambuler régulièrement dans les librairies. Est-ce que j’y achetais des livres ? Non. Bien sûr que non, je les trouvais trop chers ; lorsque j’en soupesais un et en éprouvais l’épaisseur du papier, je ne pouvais m’empêcher d’imaginer l’auteur : riche à millions de ses droits, en train de bronzer à la Barbade au bord d’une piscine lagunaire, le corps oint de crème par une starlette américaine. » (« La vengeance du livre uruguayen »)

« Le sabbat, salon nocturne des métiers de la sorcellerie qui, depuis toujours, défraye la chronique, d’autant plus que certaines mauvaises femmes mamelues y chevaucheraient différentes bêtes lubriques. Ma foi, c’est bien vrai, je dois avouer que les premiers sabbats sont grisants, mais avec le temps cela devient une obligation professionnelle comme une autre. « Le boulot quoi », ai-je soupiré en glissant mon grimoire dans ma mallette en cuir. » (« La coulée de béton infernale »)

Ce qu’en dit Christine Bini dans la Cause Littéraire est ici. Ce qu’en dit Bruno Para sur noosfere est .

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

x

campredon_portrait

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Les best-sellers 2011 de la librairie Charybde | Charybde 2 : le Blog - 27 juin 2014

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :