☀︎
Notes de lecture 2013

Note de lecture : « Soliste » (Laure Limongi)

Des variations Goldberg tissées autour d’une hypothétique « deuxième vie » de Glenn Gould. Magnifique.

x

soliste

Publiée en 2013 aux éditions Inculte, la septième œuvre de fiction de Laure Limongi nous propose un audacieux pari de fiction biographique « totale », en une musique subtile et attachante.

L’immense pianiste Glenn Gould n’est en réalité pas mort en 1982 : il s’est effacé, retiré, échappé, pour vivre une deuxième vie, incognito, loin de cette étouffante célébrité que, s’il en reconnut souvent les avantages, il confessa redouter et en souffrir tout aussi souvent durant sa vie « officielle ».

À moins que ce narrateur ne soit un imposteur ? Se pliant tous les matins à la routine d’un café au comptoir dans un bar anonyme, déchiffrant peut-être les regards des unes et des autres, les silences et les habitudes, est-il bien le musicien mondialement reconnu ? Ou n’est-il que le rêve d’anonymat et de normalité de l’être par trop exceptionnel ?

Dans ce cas, il serait diablement habile, mêlant des dizaines de souvenirs « authentiques », magnifiquement rappelés, réagencés, expliqués et mis en perspective, fabriquant à partir du matériau de cette existence publique et de ses exégèses une intense réflexion sur l’évolution de notre monde ces trente dernières années, telle qu’un génie musical de cette trempe et de cette spécificité la considérerait sans doute avec une certaine incrédulité.

Un parcours quasiment initiatique, en finesse et en beauté, dans une certaine conception de la musique – qui dévoile et explique, fugitivement, une certaine conception de notre monde incertain. Car, tissé sur le modèle des variations Goldberg, ce beau roman construit bien à chaque chapitre une étonnante et complexe fuite circulaire, toute d’ouvertures proposées et laissées à l’appréciation et au soin du lecteur.

GouldatPiano620

« Je les ai quand même bien eus en 1982. C’est Elvis qui m’a donné l’idée quelques années auparavant. Ça ne pouvait plus continuer comme ça. De retranchements en retranchements, il ne me restait plus d’asile. J’en avais tenté des fuites, des retraites au verger. Il fallait toujours finir par rentrer. Je ressentais une pression permanente, quasiment physique. Comme si l’air se raréfiait autour de moi. Et avec les satellites, tout le monde est triangulé en permanence. La nuit est striée de points mouvants. Il y a comme une constante et légère vibration de l’atmosphère, avec ces ondes. J’ai toujours aimé les ondes, notez bien. Mais trop c’est trop. Avec ce trafic, même le Grand Nord canadien semble bondé comme un supermarché en période de fêtes. On ne tombe pas sur l’horrible famille joufflue avec son caddie en pleine banquise, enfin sans doute pas encore, pour la bonne et simple raison que c’est la banquise qui va céder du terrain puis disparaître pour laisser place aux acheteurs compulsifs, mais la virtualité de cette satanée famille empoisonne tout de même l’imagination car avec cette manie de la connexion de tous en permanence, n’est-ce pas. On sait qu’elle existe, à deux pas. Elle écoute malgré elle un extrait de l’un de mes disques dans une publicité. Le père laisse un message sur un forum que j’ai fréquenté – je voudrais en savoir plus sur une carte son ; il rêve de home-cinema abordable. La mère utilise la même lessive que moi. Les cinq membres de cette cellule familiale prononceront en moyenne cinq fois mon nom réunis ou huit fois individuellement dans des interactions amicales, ce qui est multiplié par six dans le cas d’un individu musicien – par quinze pour un musicien classique. »

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

x

llimongi_dufeu_logo3

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :