☀︎
Notes de lecture 2011

Note de lecture : « Terre et cendres » (Atiq Rahimi)

Une expérience triste et intense, qui donne aussi envie de voir le film.

x

terre et cendres

Premier roman d’Atiq Rahimi, écrivain afghan vivant en France, paru en 2000 chez Gallimard, avant de devenir un film célébré en 2004, et avant que l’auteur ne soit consacré par le Goncourt en 2008 (pour « Syngué Sabour -Pierre de patience »), « Terre et cendres » est un court récit, d’une simplicité à la limite du dépouillement, mais d’une violence poignante.

Un grand-père ayant survécu à la destruction de son village par l’armée soviétique, vient informer son fils, travailleur dans une mine, de la mort de tous ses proches – dont sa femme, en compagnie de son petit-fils, devenu sourd en conséquence de l’attaque.

Quelques brèves rencontres aux portes de la mine, un garde, un énigmatique commerçant, un chauffeur de camion, un assistant contremaître, et puis la fin, triste, brutale et vertigineuse…

« Tu sais, père, la douleur, soit elle arrive à fondre et à s’écouler par les yeux, soit elle devient tranchante comme une lame et jaillit de la bouche, soit elle se transforme en bombe à l’intérieur, une bombe qui explose un beau jour et qui te fait exploser… Le chagrin de Fateh le gardien, c’est un peu des trois à la fois. »

« Sa boutique se trouvait à Shorbazar. Chaque soir, le marchand se transformait en barde, réunissant une foule de gens autour de lui. Il jouissait d’une grande considération. Jusqu’au jour où son fils a été mobilisé. (…) Lorsqu’il a voulu s’opposer à la carrière militaire de son fils, celui-ci, ayant pris goût à l’uniforme, à l’argent et aux armes, a pris la fuite. Mirza l’a renié et le chagrin a tué sa femme. (…) Il a ouvert cette boutique. Du matin au soir, il est assis dans son échoppe, il écrit ou lit. Il n’a de comptes à rendre à personne. Si tu lui plais, il peut te vénérer comme son maître. Si ta tête ne lui revient pas, mieux vaut que ton chien même évite de passer par là…. Parfois, je reste jusqu’à l’aube dans sa boutique à l’écouter dire des contes et des poèmes. Il connaît le « Shahnama » par cœur. »

Très beau, très lent, très triste. Une expérience intense qui rend aussi curieux de voir ce que cela a donné en film.

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

x

atiq-rahimi_78325d1

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :