☀︎
Notes de lecture 2013

Note de lecture : « The true knowlege of Ken McLeod » (Andrew M. Butler & Farah Mendlesohn)

Sous l’égide de la SF Foundation, un beau travail critique sur le trop méconnu chez nous Ken McLeod.

x

LECTURE À PARTIR DE LA VERSION ORIGINALE

Capture d’écran 2014-04-24 à 11.10.55

Publié en 2003, ce recueil d’articles et d’études était la troisième réalisation de la Science Fiction Foundation, association regroupant écrivains, critiques et universitaires autour de l’Université de Liverpool, parrainée à ce jour par Ursula K. Le Guin et Neil Gaiman, et pendant britannique des travaux réalisés autour de la revue Science Fiction Studies à la DePauw University aux États-Unis.

Après un recueil sur Babylon 5 et un autre sur Terry Pratchett, celui-ci était donc consacré à Ken McLeod, auteur écossais brillant et étonnant, ami proche de Iain Banks et de Charles Stross, plusieurs fois vainqueur du BSFA et du Prometheus, plusieurs fois nominé au Arthur C. Clarke, au Nebula et au Hugo, et restant curieusement presque inconnu en France, si l’on excepte les traductions éparses de son recueil « The Human Front » et de son roman « Newton’s Wake », ainsi que l’incompréhensible traduction isolée de « The Cassini Division », troisième volet d’une quadrilogie, bien difficile à apprécier sans les deux premiers tomes…

Réalisé juste après la quadrilogie fondatrice de son œuvre (« The Fall Revolution », 1995-1999) et la trilogie davantage « nouveau space opera » qu’est « Engines of Light » (2000-2002), ce recueil critique est donc véritablement précieux pour mieux comprendre la richesse du projet de cet auteur, sans doute le plus clairement politisé des auteurs majeurs anglo-saxons contemporains de SF (avec China Mieville, et bien entendu, Kim Stanley Robinson, qui jalonne aussi de ses œuvres un parcours fort cohérent avec les travaux théoriques de son premier mentor universitaire, Fredric Jameson).

Si les critiques ici rassemblées sur ces sept premiers romans sont toutes intéressantes, y compris celles plutôt défavorables ou suspicieuses, ce sont logiquement surtout les deux entretiens approfondis avec Ken McLeod et les quatre articles universitaires (respectivement sur les racines trotskistes de la quadrilogie « Fall Revolution », sur le fardeau historique porté par les protagonistes de ses romans, sur les rôles respectifs de la politique, de la culpabilité et de la narration chez Banks et chez McLeod, et sur la tension et le progrès dans la trilogie « Engines of Light ») qui sont vraiment passionnants.

Cerises sur le gâteau : un bref article de McLeod célébrant avec des mots d’une rare intelligence la parution du « Consider Phlebas » de son ami Banks en 1987, et un article semi-universitaire de McLeod également, se penchant avec brio sur les composantes millénariste, utopique et science-fictionnelle du socialisme (au sens anglo-saxon du terme).

Un excellent livre pour passionnés et curieux.

x

Capture d’écran 2014-04-24 à 11.20.11

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :