☀︎
Notes de lecture 2010

Note de lecture : « Penser le monde – Une histoire de la physique jusqu’en 1900 » (Jean Baudet)

Fascinant voyage jusqu’en 1900, qui fait regretter des enseignements obligatoires d’histoire des sciences.

x

cvt_Penser-le-monde--Une-histoire-de-la-physique-jusq_1392

Publié en 2006 chez Vuibert, cet ouvrage poursuit le travail de vulgarisation scientifique et épistémologique de haut niveau entrepris par le biochimiste et philosophe belge Jean Baudet, qui développa notamment les concepts d’éditologie et de STI.

Si le style retenu est moins fringant que celui d’un Denis Guedj par exemple, l’ambition épistémologique y est beaucoup plus affirmée. Au-delà de la redécouverte de dizaines d’étapes et d’expériences en physique, certaines laborieusement travaillées il y a fort longtemps dans l’enseignement secondaire ou supérieur, on aura un véritable plaisir à parcourir les interstices de la construction de la connaissance du monde : premières « mises en question » avec Thalès de Milet, premier système héliocentrique proposé par Aristarque de Samos, invention de la trigonométrie par Hipparque de Nicée, invention de la balistique par Nicolo Tartaglia, méthodologie de questionnement développée par Kepler, curiosité orientée de Galilée, mise en évidence du vide par Otto von Guericke (les fameuses « sphères de Magdebourg » – qui résonnent maintenant, bien entendu, avec le bel « Aujourd’hui l’abîme » de Jérôme Baccelli, paru en 2014 au Nouvel Attila), distinction entre force et travail par Salomon de Caus, mise en place de complémentarités entre concepteurs et expérimentateurs avec Pascal et Perrier, mathématisation croissante utilisée comme heuristique à partir de Leibniz, etc.

L’une des réussites annexes de Jean Baudet est bien la capacité à nous faire partager le caractère humble, aléatoire, dans lequel les erreurs et les fulgurances se côtoyent allègrement, de la recherche scientifique, dans la durée.

Un voyage fascinant jusqu’en 1900, qui fait regretter malgré tout, une fois de plus, que nos systèmes d’enseignement aient autant de difficultés à se décloisonner et à échapper aux fatalités de l’enseignement par « matières », tant ce type d’ouvrages exigeants montre à quel point un sain éclectisme est riche et stimulant.

Pour un enseignement obligatoire de l’histoire des sciences dans toutes les filières ?

x

Baudet

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :