☀︎
Notes de lecture 2011

Note de lecture : « La navigation du faiseur de pluie » (Jamal Mahjoub)

Une lecture fine de la manière dont les intérêts occidentaux déforment encore plus un pays à la dérive.

x

faiseur de pluie

x

Le premier roman de Jahmal Majoub, écrivain soudanais vivant en Angleterre, écrit en 1989 (et publié en français en 1999 chez Actes Sud dans une traduction de Francis Baseden et Anne Wade Minkowski), s’appuyait sur des éléments autobiographiques pour construire une exploration de l’ « interférence » cynique des intérêts occidentaux dans un pays à la dérive.

x

Tanner, un métis anglo-soudanais, qui n’a jamais vécu en Afrique, vient travailler, pour des raisons qui lui échappent, comme « fixer » pour une société de prospection pétrolière à Khartoum. Il va être confronté, à travers les visiteurs qu’il doit accompagner sur le « terrain », à certaines réalités contemporaines plutôt dérangeantes, notamment au cours de son voyage « final » au Sud-Soudan.

x

Un des meilleurs exemples de littérature africaine construite sur un « regard d’expatrié », et une manière douce, lente, et forte de mettre en scène les ingérences business occidentales (en l’espèce au Sud-Soudan, dès les années 80, avec vingt ans d’anticipation sur les derniers développements politiques de la région…).

x

5_Navigation-Eng

« A son retour, Nina serait partie. La situation était aussi simple que cela. Ils ne s’étaient pas réellement dit au revoir. Il avait du mal à admettre qu’elle était probablement à jamais sortie de sa vie. Il avait pris la résolution, lors du vol de ce matin, que lorsqu’il rentrerait ce serait pour la dernière fois. Ensuite il quitterait ce pays, pour de bon. Il lui avait consacré trois, presque quatre années de sa vie. Il était clair que ce qu’il espérait y trouver lui échappait de plus en plus. Rester plus longtemps n’avait pas de sens. Il semblait qu’il serait toujours un touriste, ici, ou du moins un étranger. S’il était un étranger à la fois ici et en Grande-Bretagne, alors il serait un étranger partout, et par conséquent il pourrait aller n’importe où. L’idée de retrouver les plafonds bas et les murs couverts de suie de l’Angleterre ne le séduisait guère. Désormais, il n’avait de foyer nulle part, alors toute destination lui conviendrait. Il n’avait plus qu’à partir. »

x

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

x

Jamal Mahjoub

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :