☀︎
Notes de lecture 2010

Note de lecture : « Chansons de la Terre Mourante » (Collectif)

L’extraordinaire hommage de vingt-deux auteurs au cycle de la Terre Mourante de Jack Vance.

x

Terre Mourante 1

NOTE DE LECTURE RÉDIGÉE À L’ORIGINE EN ANGLAIS À PARTIR DE L’EDITION ORIGINALE AMÉRICAINE (SEE AT THE BOTTOM END OF THIS PAGE).

Cette anthologie publiée en 2009 sous l’égide de George R.R. Martin et du grand spécialiste de l’exercice, Gardner Dozois, est l’une des plus belles que j’aie jamais lues. Circonstances spéciales (dirait la Culture de Banks), bien entendu : si, comme moi, vous êtes entré en fantasy avec le Turgal, le Cugel ou le Rhialto de Jack Vance, et si, par la suite, vous avez débuté le jeu de rôle à la fin des années 70 ou au début des années 80 en tant que magicien, avec les règles AD&D, alors le voyage ici organisé, pour parcourir une fois de plus les chemins de la Terre Mourante, en 22 histoires et presque 700 pages, est un délicieux voyage.

Grâce à Robert Silverberg, Matthew Hughes, Terry Dowling, Liz Williams, Mike Resnick, Walter Jon Williams, Paula Volsky, Jeff Vandermeer, Kage Baker, Phyllis Eisenstein, Elizabeth Moon, Lucius Shepard, Tad Williams, John C. Wright, Glen Cook, Elizabeth Hand, Byron Tetrick, Tanith Lee, Dan Simmons, Howard Waldrop, George R.R. Martin et Neil Gaiman, nous apprenons pas mal de nouveau sur Turgal, sur Tsais, sur Lith et Chun l’Inévitable, sur Cugel et certains de ses descendants, ou encore sur Rhialto…

Le plaisir de découvrir tant et tant de nouvelles phrases si typiquement « vanciennes », si nettement « Terre Mourante », est présent tout au long de l’ouvrage. En voici quelques exemples :

« Gorlion en avait plus à dire sur le sujet, mais le résident l’interrompit. « L’invigile vient ici tous les deux jours pour m’apporter ma paie. Il ne devrait pas tarder à arriver. Je vais lui demander l’autorisation de vous embaucher comme assistant. – Mieux encore, dit Gorlion en souriant comme si une idée originale venait de lui traverser l’esprit, je pourrais exercer un rôle de superviseur. J’ai un talent naturel pour inspirer chez les autres un effort maximum. » (Matthew Hughes)

Terre mourante 2

« Amberlin était tombé de très haut et sa situation pouvait sembler désespérée, certes, mais d’un autre côté, la réputation d’un bon professionnel dépendait pour un cinquième de sa magie et pour les quatre autres de son sens du spectacle. » (Terry Dowling)

« – N’est-ce pas évident ? J’aimerais que l’on me délivre. – Il se pourrait que cela pose un léger problème. » Levant vers elle un regard prudent, il continua. « Une fois libre, vous voudrez vous faire reconnaître comme la maîtresse d’Abrizonde. Mais comme je viens tout juste de me proclamer Protostrateur, nous ne pourrions manquer de nous affronter. » (Walter Jon Williams)

« Des disputes débutèrent mais leur hôte y mit fin quand les sorts les accompagnant menacèrent d’endommager le solarium. Les magiciens avaient l’habitude de faire valoir leur point de vue avec un enthousiasme particulièrement vif. » (Glen Cook)

Chaque nouvelle est livrée avec sa passionnante préface ou postface, dans laquelle chaque écrivain rappelle son premier contact avec Jack Vance et avec la Terre Mourante, et en évoque l’influence sur son propre travail. Par exemple :

« Seuls deux autres auteurs avaient réussi à me captiver au point de me plonger, pendant un temps, exclusivement dans leur œuvre. » (Dean Koontz)

« Arrivé à la trentaine, j’ai pratiquement arrêté de lire de la science-fiction au profit de la littérature policière. Mais j’ai continué d’acheter et de lire tout ce que Vance publiait. Une fois, alors que j’étais censé être en vacances, je suis resté au lit dans ma chambre d’hôtel où j’ai passé toute la journée à lire « Le jardin de Suldrun », le premier tome de la série « Lyonesse ». Aujourd’hui, quarante-cinq ans après avoir fait sa connaissance, Jack Vance est le seul auteur que je relise, et je continuerai toute ma vie d’être sous son charme. » (Matthew Hughes)

« Ce qui me plaît le plus dans le cycle de la Terre Mourante, ce sont ses personnages de magiciens sophistiqués, totalement amoraux et obsédés par la politesse, les richesses et le prestige, et j’ai pensé à raconter l’histoire d’un personnage qui n’aurait pas encore gagné sa place parmi cette élite. » (Walter Jon Williams)

Les tomes 1 et 2 de la traduction française, chez ActuSF, sont déjà parus, le tome 3, final (comprenant notamment les nouvelles de Dan Simmons, Kage Baker et Mike Resnick) devrait paraître courant 2014. Il faut lire la belle chronique d’Elbakin sur ce triple recueil, ici.

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici : le tome 1 et le tome 2.


22 short stories revising and completing Vance’s Dying Earth Universe !

This anthology is one of the greatest I ever read… Special circumstances of course : if, like me, you met fantasy with Vance‘s Turgal, Cugel or Rhialto, and if, consequently, you entered RPGs in the late 70s / early 80s as a magic-user with the AD&D rules… the travel organized by George R.R. Martin and Gardner Dozois to roam the Dying Earth again, in almost 700 hardcover pages and 22 different short stories, IS such a delightful feast.

livre-songs-of-the-dying-earth-696

Thanks to Robert Silverberg, Matthew Hughes, Terry Dowling, Liz Williams, Mike Resnick, Walter Jon Williams, Paula Volsky, Jeff Vandermeer, Kage Baker, Phyllis Eisenstein, Elizabeth Moon, Lucius Shepard, Tad Williams, John C. Wright, Glen Cook, Elizabeth Hand, Byron Tetrick, Tanith Lee, Dan Simmons, Howard Waldrop, George R.R. Martin and Neil Gaiman, we learn many new pieces of history about Turgal, Tsais, Lith and Chun the Unavoidable, Cugel and a few of his sons, or Rhialto…

The pleasure to read new so typical ‘vancian’ Dying Earth sentences is present all along. A few examples:

« Grolion had more to say, but the resident spoke over his remarks. » The invigilant comes every other day to deliver my stipend. I expect him soon. I will ask him to let me engage you as my assistant. » « Better yet, » said Grolion, his face brightening as he was struck by an original idea, « I might assume a supervisory role. I have a talent for inspiring others for maximum effort. » (Matthew Hughes)

« Amberlin may have fallen a long way to his present desperate straits, but never for a moment did he forget that any adept’s reputation depended on one part magic to five parts showmanship. » (Terry Dowling)

 » « Is it not obvious? I desire to be liberated. » « I find that possibility problematical. » Carefully he regarded her. « Were you at liberty, you would attempt to install yourself as the ruler of Abrizonde, ans as I have just declared myself the new Protostrator, we would find ourselves in immediate conflict. » (Walter Jon Williams)

rhialto

« My belief in you is not strong, » Whisper Bird said. « In any part of your story. » (Jeff Vandermeer)

« Arguments commenced, only to be shut down by the host when the spells supporting them threatened damage to his solarium. The magicians were accustomed to making their points briskly, with enthusiasm. » (Glen Cook)

Every short story comes with its quite interesting afterword, in which every writer remembers his or her first contact with Vance and with Dying Earth, and explains the influence it bore on his / her work. For instance:

« Only two other authors have so captivated me that for a time I became immersed in their work to the exclusion of all other reading. » (Dean Koontz)

« By my mid-thirties, I had pretty much stopped reading sf in favor of crime fiction. But I still bought and read anything new by Vance; once, when I was supposed to be on vacation, I lay on a hotel bed and did nothing all day but read « Suldrun’s Garden », the first Lyonesse book. Now, forty-five years after I first encountered him, Jack Vance is the only author I reread, and I never cease to fall under the spell. » (Matthew Hughes)

« But then, as now, I had a special love for his tales of the last days of a dying Earth in a worn-out solar system. (So did a lot of other writers – not just the ones in this tribute volume, but dozens of writers over the years have emulated his style and borrowed some of his concepts, not as plagiarists, but as a loving tribute to his skills and his enormous influence throughout the field. » (Mike Resnick)

« In the Dying Earth novels and stories, I very much enjoyed the scheming of Vance’s sophisticated, amoral wizards, obsessed with politesse, possessions, and prestige, and I thought to tell a story of a character who had not yet earned a place among the elite. » (Walter Jon Williams)

x

vance_2580033b

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :