☀︎
Notes de lecture 2013

Note de lecture : « Black Bazar » (Alain Mabanckou)

Un drôle et grand roman de l’émancipation intellectuelle et psychologique.

x

black bazar

x

Publié en 2009, le septième roman d’Alain Mabanckou poursuivait à la fois son exploration déterminée du cadre mythique de la Françafrique contemporaine, et son inscription parmi les plus beaux romans jamais écrits sur la tentative de définir une vie, une identité, une trajectoire propre au milieu des clichés, tous plus menaçants les uns que les autres…

x

Dans un autre registre, bien entendu, que celui magnifiquement choisi par le Philippe Annocque de « Liquide », le narrateur de « Black Bazar », jeune Congolais et élégant sapeur, surnommé « Fessologue » par ses amis, vivant à Paris de petits boulots, que sa compagne vient de quitter pour le maudit pseudo-cousin L’Hybride, en emmenant leur fille, se cherche, entouré de connaissances, d’amis, de personnages et d’ennemis qui sont comme autant de totems ou d’emblèmes utilisant chacun leur lot de recommandations de bon sens faussement nourri de l’histoire et de recommandations étroitement encadrées des clichés évidents et des pièges plus subtils de l’africanité pour lui interdire, de fait, d’exister en tant qu’individu plutôt que comme icône. Les amis du Jip’s, son bar favori, Willy le barman, Roger le Franco-Ivoirien, Paul du grand Congo et les autres, l’épuisant voisin Mr Hippocrate, Antillais négrophobe et pro-colonialiste, l’épicier arabe d’en face, et même le vrai ami, l’écrivain haïtien Louis-Philippe, sont les filets mentaux dont il s’agira, in fine, de se dégager pour vivre.

x

sapeurs

x

Somptueusement gouailleur, utilisant une langue riche et savoureuse où chaque phrase se tord habilement dans l’emploi d’expressions toutes faites détournées, issues d’impressionnantes collections de titres, de vers, d’extraits d’écrivains, d’Apollinaire à Kourouma, en passant par toutes les nuances d’un formidable cours de langue franco-africaine poétique, au milieu duquel trônerait… Brassens, « Black Bazar », qui peut de ce fait quelque peu dérouter, est un drôle et grand roman de l’émancipation intellectuelle et psychologique.

x

« – Tout a déjà été écrit ici-bas, Fessologue ! Tout ! Et moi j’ai lu tous les grands livres du monde ! C’est pas toi qui viendras changer les choses. Et surtout que je ne retrouve pas mon nom dans ton journal d’un cocu ! D’ailleurs où se trouvent ta femme et ta fille actuellement, hein ? Tu es incapable de dire ça dans tes écrits parce que tu as honte que les gens le sachent ! Tu crois écrire, or tu vomis en fait ta colère contre ton ex et le troubadour qui te l’a piquée ! Bien fait pour toi ! »

x

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

x

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :