☀︎
Notes de lecture 2012

Note de lecture : « Ciseaux » (Stéphane Michaka)

Splendide re-création de la vie de Carver, de ses deux épouses et de son éditeur surnommé justement « Ciseaux ».

xxx

ciseaux

Après la remarquée « Fille De Carnegie », d’abord pièce de théâtre avant d’être adaptée en roman par ses soins en 2008, puis l’aventure « 7ème arrondissement » de la journaliste Mona Cabriole chez La Tengo (« Elvis sur Seine », 2011), le troisième roman de Stéphane Michaka, fort différent des précédents, et à paraître fin août 2012 chez Fayard, est un coup de maître.

Décortiquant par le menu, en s’appuyant sur de riches sources biographiques et autobiographiques, l’incroyable rectangle « amoureux » composé par le grand nouvelliste américain Raymond Carver, ses deux épouses successives et son éditeur (surnommé, on verra pourquoi, « Ciseaux »), l’auteur nous propose une incursion à la fois puissante et accessible dans les mystères de la création littéraire.

Trouver les voix de ces quatre personnages pour écrire ces notes, ces fragments, ces lettres fictives, leur donner l’épaisseur nécessaire, inventer à bon escient : un pari redoutable et extrêmement réussi, qui nous emmène donc, à fond et de plusieurs points de vue, visiter l’alcoolisme de Carver, ses doutes, les sacrifices familiaux, l’usure de son couple avec Maryann Burk-Carver, le rôle de Gordon Lish qui le publie dans « Esquire » au prix de « coupes » si sévères que l’on peut parler de réécriture, l’influence de sa poétesse de seconde épouse, Tess Gallagher, l’aidant à discerner la part de vérité dans son style propre, moins minimaliste que la création de son éditeur…

ciseaux 2

Une histoire complexe, belle, très humaine et très intellectuelle à la fois, qui donne à la fois férocement envie de se plonger dans les nouvelles de Raymond Carver (l’édition de ses œuvres complètes par l’Olivier fournit les deux versions des textes, celles « travaillées » par Gordon Lish à la publication initiale, et celles « rétablies » de l’édition finale par Carver et par sa seconde épouse), et qui, servie par l’écriture nerveuse et aisément polyphonique de Michaka, permet d’apprécier le tragique maîtrisé de l’existence de l’écrivain, mort à cinquante ans d’un cancer alors qu’il avait surmonté son alcoolisme depuis plusieurs années.

Un roman qui se nourrit des arcanes mêmes de la création, tout en donnant à voir, de manière saisissante, l’étrange combativité de ces laissés pour compte qui, avec Carver, rient sardoniquement à la face de la dureté de la vie, sans jamais se laisser intimider.

Raymond_Carver

« Comment cela ? Comment cela, « il ne veut pas » ? Passe-le moi. Passe-le moi, je te dis. Lorraine… Tourne le combiné vers lui. Ithaque, c’est Papa. Papa n’est pas content. Papa doit rester au travail, il va rentrer tard. C’est Maman qui va te lire « Le démon de la perversité ». C’est Maman, pour une fois. Alors tu vas au lit, tu m’entends ? Ithaque, arrête tes conneries. Si tu ne vas pas au lit, Papa va rentrer et il va te couper les couilles. Quoi, Lorraine ? « On ne peut pas… » « On ne doit pas… » On n’a pas de couilles, à trois ans ? Mon fils a des… Ithaque a… D’accord, c’est toi qui gères. »

« Pourquoi êtes-vous venue exactement ? Vous écrivez un mémoire. Vous allez voir un éditeur. Et vous lui demandez de définir la fiction. Je ne suis pas Dieu le Père. Juste le Capitaine des conteurs. Ce surnom n’a jamais pris, j’ignore pourquoi. Ma réputation, je la dois à mon coup de ciseaux, mon habileté à tailler dans les textes que je publie.
Mais il y a autre chose : ma façon, sous un mot, d’en découvrir un autre. Plus net, plus précis. Une incision qui libère ce que la phrase enfouissait.
Je pense que vous êtes venue pour mon esprit, et aussi pour mon corps. »

gordon-lish-580

Ce qu’en dit ma collègue et amie Charybde 7 est ici. Ce qu’on en dit chez Encore du Noir, c’est . Le billet d’Anna Valenn sur « Ciseaux » est là-bas.

Une belle rencontre avec l’auteur eut lieu à la librairie Charybde à l’occasion de la sortie du roman à l’automne 2012, comprenant des lectures d’extraits par les comédiens Cristina Scagliotti et François Pérache. On peut les écouter ci-dessous, mis en images par Anna Valenn.

La photographie de Raymond Carver vient de Wikipedia, celle de Gordon Lish est de Bill Hayward.

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

xxx

xxx

xxx

L’introduction de la soirée par Charybde 2 :

La présentation du projet par l’éditrice Lilas Seewald :

Un extrait du personnage de Raymond :

Un extrait du personnage de Joanne :

Un extrait du personnage de Douglas :

Un extrait du personnage de Marianne :

Un bonus avec Stéphane Michaka :

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :