☀︎
Notes de lecture 2012

Note de lecture : « Les romans de Philip K. Dick » (Kim Stanley Robinson)

Une passionnante lecture des romans de Philip K. Dick, très littéraire et très politique, et la thèse de doctorat de K.S. Robinson

xxx

romans de dick

Publiée en 1984, et traduite en français en 2005 par Laurent Queyssi aux décidément précieux Moutons Électriques, la thèse de doctorat de littérature de Kim Stanley Robinson sur « Les romans de Philip K. Dick » est à la fois un travail classique, rigoureux, s’en tenant aux textes et à leur insertion littéraire, démythifiant au maximum les scories (folie, drogue,…), souvent entretenues malicieusement, pendant un temps, par Dick lui-même avant son décès en 1982, qui ont longtemps encombré l’analyse de l’œuvre.

Refusant donc volontairement de s’étendre sur l’aspect biographique et sur les souvenirs d’enfance qui fascineront dix ans plus tard un Emmanuel Carrère, Kim Stanley Robinson creuse en revanche en profondeur les ambitions littéraires de Dick, à travers tout d’abord un dépouillement minutieux d’une grande partie des archives léguées par la famille (romans non publiés et correspondance, principalement), en cherchant sans relâche le projet littéraire, ou les projets littéraires successifs, qui sont à l’œuvre dans ses romans (et dans l’ensemble d’entre eux – pas uniquement dans ceux consacrés par les lecteurs ou la critique).

Lui-même élève de Fredric Jameson à l’Université de San Diego, Kim Stanley Robinson réalise donc une très riche analyse de ces romans, à la fois nourrie de tout le bagage littéraire de Dick, tel qu’il s’exprima d’abord dans ses tentatives d’écriture (7 romans non publiés) hors du champ SF, avec l’admiration pour Proust, Kafka, Joyce, Faulkner ou Dos Passos qui y transparaît, et – très logiquement pour Robinson ! – d’une lecture très politique de l’œuvre, forte du jeu affirmé d’abord, de la destruction éventuelle ensuite, des « codes » que le soi-disant « âge d’or » campbellien de la SF américaine tentait de « graver dans le marbre » dans les années 50, et que les émules de Cyril M. Kornbluth et de Frederik Pohl, bien avant la « New Wave », tentaient de battre en brèche.

À noter également une riche et intelligente postface de Laurent Queyssi, centrée sur les personnages et les structures narratives utilisées par Dick.

philip_k_dick_8921

Une lecture sans doute indispensable pour les fans de Philip K. Dick, mais aussi – et peut-être surtout – pour tous ceux que la possibilité continue d’une littérature politique ambitieuse et subtile ne laisse pas indifférents.

« Malgré le côté dystopique incessant de son travail, il ne s’est jamais laissé aller à la tendance facile du pessimisme, à la mode dans certains cercles littéraires qui proclament à la fois l’épuisement de la littérature et la mort de notre civilisation. Des révolutions réussies des premiers romans, jusqu’aux alternatives privées des derniers livres en passant par les fixations du récit des textes du milieu, Dick a cherché des solutions ; comme ses derniers personnages obsessionnels, il a proposé sans cesse à l’individu des nouvelles manières de s’opposer aux aspects dystopiques de notre société. Ce faisant, ses textes menaçaient et corrompaient très fréquemment les traditions de la science-fiction et les valeurs habituelles associées à ses éléments. C’est en cela et dans son orchestration des éléments du genre pour en faire des systèmes de métaphores que Dick est un pionnier de la littérature américaine. Son œuvre a eu une vaste influence sur ses pairs en leur donnant un aperçu des limites du genre. La réussite de Dick et de sa génération d’auteurs est d’avoir attiré vers la science-fiction des nouveaux écrivains qui ne lui ressemblaient pas dans leurs préoccupations, mais qui voient dans le genre des possibilités illimitées. »

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :