☀︎
Notes de lecture 2012

Note de lecture : « Le timbre égyptien » (Ossip Mandelstam)

Le seul roman du poète et essayiste Mandelstam, cent pages de chef d’œuvre à part entière.

xxx

Le_sceau_egyptien

Publié en 1928 (traduit en français en 1930 par George Limbour et D.S. Mirsky, version rééditée en 2009 au Bruit du Temps, et en 1968 par Claude B. Levenson à L’âge d’homme, version que j’ai lue) dans une période où le poète Ossip Mandelstam s’est largement « tu », découragé, ce court roman (une centaine de pages découpées en huit chapitres incisifs) – qui sera sa seule œuvre en prose – suit une journée d’un nommé Parnok, double onirique de l’auteur, dans les rues de Petersbourg, entre les « deux révolutions » de février et d’octobre 1917, alors qu’un mystérieux capitaine semble être en train de lui « voler sa vie » jusque dans les détails de son quotidien et des vêtements.

Promenade hallucinée donc, mais aussi incroyable manifeste romanesque, dans lequel Mandelstam réalise l’échantillon parfait de ce que, selon lui, l’écriture en prose devrait être désormais. On ne sera pas surpris d’apprendre que la traduction française de 1930, réalisée par le tout jeune Georges Limbour, publiée dans la prestigieuse revue littéraire « Commerce », ait eu un énorme retentissement, auprès des surréalistes bien entendu, mais aussi auprès de tous ceux que l’évolution nécessaire du roman moderne préoccupait. La réédition en 2009 par Le bruit du temps, sous le titre « Le timbre égyptien », est somptueuse.

mandelstam

« Au début, il y avait un établi et la carte des hémisphères d’Iline.
Parnok y cherchait une consolation. Le papier toilé indéchirable le tranquillisait. Pistant les océans et les continents du manche de la plume, il composait des itinéraires de voyages grandioses, tout en comparant les traits aériens de l’Europe aryenne à la botte imbécile de l’Afrique et de l’insipide Australie. Il trouvait également un certain piquant à l’Amérique du Sud, à partir de la Patagonie.
Son respect pour la carte d’Iline, Parnok l’avait dans le sang depuis les temps immémoriaux où il s’imaginait que les hémisphères d’ocre et d’aigue-marine, pareils à deux boules enchantées enserrées dans le réseau des latitudes, étaient chargées d’une mission concrète par la chancellerie ardente des tréfonds mêmes de la terre, et que – tels des pilules nutritives, ils renfermaient en eux un concentré d’espace et de distance. »

Osip_Mandelshtam__Egipetskaya_marka._Poyasneniya_dlya_chitatelya

« Parnok était victime des opinions préconçues au sujet du déroulement d’un roman.
Sur du papier vergé, mes seigneurs, sur du papier vergé anglais à la surface tourmentée et aux marges déchiquetées, il prévenait une dame ne se doutant de rien que l’espace entre la rue Millionaïa, l’Amirauté et le Jardin d’Été, avait, par ses soins, été à nouveau poli comme un brillant et remis en bon ordre de combat.
Sur un tel papier, lecteur, les cariatides de l’Ermitage auraient pu s’écrire et se présenter mutuellement leurs condoléances ou leurs respects. »

« Petersbourg se déclara Néron et devint aussi abject que s’il ingurgitait un brouet de mouches écrasées.
Il téléphona cependant de la pharmacie, il téléphona à la milice, il téléphona au gouvernement – à l’État disparu, assoupi comme un goujon.
Il aurait pu obtenir le même résultat en téléphonant chez Proserpine ou chez Perséphone, où le téléphone n’était pas encore installé. »

La jolie chronique de Myriam Aze dans Froggy’s Delight peut être lue ici. L’image ci-dessous est extraite de la mise en scène effectuée à l’Atelier Piotr Fomenko en 2013.

Pour acheter le livre (dans sa version « Le timbre égyptien », traduite par Georges Limbour et D.S. Mirsky au Bruit du Temps) chez Charybde, c’est ici.

xxx

gypto-pic510-510x340-8446

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :