☀︎
Notes de lecture 2011

Note de lecture : « Batouala » (René Maran)

Prix Goncourt 1921, précurseur de la littérature de la négritude, censuré et conspué à sa sortie pour son audace (pourtant modeste) anticolonialiste.

xxx

Batouala

Étonnant livre, prix Goncourt en 1921, précurseur de la littérature de la négritude, et qui valut à son auteur, administrateur colonial d’origine antillaise, les foudres de la censure, et une carrière brisée.

Cette histoire d’un chef villageois traditionnel de l’Oubangui-Chari (Centrafrique), ébranlé dans ses certitudes, lorsqu’à ses soucis personnels (infidélités supposées ou redoutées de sa première épouse, prestige au sein de la communauté, rivalité avec un chasseur plus jeune et conquérant,…) s’ajoute l’ombre du premier conflit mondial, et de la levée accrue de « tirailleurs sénégalais » (engagés dans toute l’Afrique française), cède certes un peu trop, sans doute, à une tentation de la description exotique…

Il vaut surtout par sa préface, qui explique le dessein descriptif et l’honnêteté de l’auteur, dénonçant en effet les méfaits du colonialisme, d’une manière toutefois suffisamment timide pour que le déchaînement de la censure et du scandale, à l’époque, n’en apparaisse que davantage significatif pour un lecteur contemporain : fallait-il donc que le racisme et l’exploitation soient bien ancrés dans la conscience du colon et de ses soutiens métropolitains pour « punir » ainsi un livre aussi… anodin, en fait (pour notre regard d’aujourd’hui en tout cas).

maran-290x217

« Montesquieu a raison, qui écrivait, en une page où, sous la plus froide ironie, vibre une indignation contenue : « Ils sont noirs des pieds jusqu’à la tête, et ils ont le nez si écrasé qu’il est presque impossible de les plaindre. » Après tout, s’ils crèvent de faim par milliers, comme des mouches, c’est que l’on met en valeur leur pays. Ne disparaissent que ceux qui ne s’adaptent pas à la civilisation. (…) Civilisation (…), tu bâtis ton royaume sur des cadavres. »

Le bel article de Virginie Brinker dans La Plume Francophone est ici.

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :