☀︎
Notes de lecture 2012

Note de lecture : « La peste brune » (Daniel Guérin)

Très impressionnants récits et analyses d’un parcours, à pied et à vélo, dans l’Allemagne de 1932 et 1933.

xxx

la peste brune

Écrits et publiés sous formes d’articles en 1932 et 1933, puis enrichis de diverses préfaces et postfaces en 1945, 1954 et 1965, ces deux textes (« Avant la catastrophe – 1932 » et « Après la catastrophe – 1933 ») de Daniel Guérin, à l’époque militant de la gauche de la SFIO, qui deviendra célèbre bien plus tard comme inlassable anthologiste et théoricien du marxisme libertaire et de l’anarchisme, restent extrêmement impressionnants de lucidité.

Âgé à l’époque de 28 ans, arpentant l’Allemagne pendant plusieurs mois, à pied et à vélo, notant soigneusement ses entretiens et ses rencontres, au hasard et au fil des auberges de jeunesse, des tavernes, des rassemblements nazis et des réunions de militants de gauche, socio-démocrates ou communistes, rencontrant d’ailleurs de toutes parts un accueil étonnamment chaleureux dans un contexte franco-allemand qui restait en apparence bien compliqué, l’auteur recueille une masse de témoignages et d’impressions de toute première main, qu’il analyse à chaud avec une lucidité qui force indéniablement l’admiration.

guerin 2

« Pourtant, il faut surmonter sa répulsion et essayer de comprendre. Jeter l’anathème sur les « bandits bruns » est un jeu facile. Mais la vague hitlérienne est un phénomène si extraordinaire (au sens propre du terme) que des épithètes vengeresses ne suffisent pas à l’expliquer. Elle a surgi du fond du peuple allemand. C’est parce qu’elle est POPULAIRE qu’elle fut irrésistible, qu’elle a tout balayé, que les partis ouvriers, divisés, n’ont pu lui faire front, que la vieille Allemagne réactionnaire et féodale a dû, à contrecœur, lui céder la place.
Certes, la lie de la population a trouvé asile dans l’armée brune. Elle y matraque, elle y joue du revolver à cœur joie. Mais derrière elle, il y a la masse paysanne, souffrant de la mévente de ses produits ou de ses bas salaires, toute la classe moyenne en décomposition, ces petits-bourgeois ruinés par l’inflation, par la crise, luttant contre la concurrence du grand capital, contre la prolétarisation qui les guette ; et il y a aussi de larges couches ouvrières dont la faim et l’oisiveté ont détraqué les nerfs ; et surtout la jeunesse, sans pain, sans travail, sans avenir. »

On trouvera aussi un regard captivant sur l’internationalisme, ses efforts et ses échecs ces années-là, dans « La Capitana » d’Elsa Osorio, beau roman consacré à la vie de Mika Etchebéhère.

Un site fort intéressant est consacré à faire vivre l’œuvre du penseur militant décédé en 1988, et on peut lire l’excellent article consacré à Daniel Guérin dans Ragemag, article dont provient la photographie ci-dessous.

guerin

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :