☀︎
Notes de lecture 2011

Note de lecture : « Killing Kate Knight » (Arkady K.)

« You are what you read, you are what you watch »

xxx

Killing Kate Knight

Publié en février 2011 dans la belle collection Interstices de Calmann-Lévy, « Killing Kate Knight » (que l’on peut entre soi appeler de son vrai nom, n’en déplaise aux juristes de l’éditeur : « Killing Keira Knightley ») constitue un défi superbement réussi. J’ai rarement lu, en 500 pages, un tel déchainement stylistique (on connaissait certes les capacités de superbes saillies d’AK, l’une des plumes critiques les plus acérées du « Cafard Cosmique »), associé à une intrigue vertigineuse (plusieurs fois, on frôle la perte totale de repères, mais non, le rétablissement survient toujours à temps – brio !), et à une réflexion passionnante sur, notamment, le SENS du cinéma dans notre société.

Goûter tout le sel du roman suppose sans doute (mais ce n’est PAS indispensable) une solide culture du cinéma « moderne » (et la filmographie de Keira Knightley sera un plus évident !) – et un certain goût pour les « action flicks » (néanmoins très solidement campés ici par la seule magie du verbe !), qui servent de toile de fond au roman proprement dit.

Keira044

Quelques savoureux passages au sein de cette colossale mise en abyme :

« J’aurais dû faire un film, un film cool rien qu’à moi où j’aurais pu leur dire : tenez, regardez ça, c’est moi, Keira, c’est ça que je veux que vous vous rappeliez de moi. Tout le monde devrait faire ça ; personne ne le fait. Les gens sont irresponsables, aussi bien de leurs vies que de leurs morts. Ça craint. »

« Tu ne m’as pas écouté. Le cinéma ne sera bientôt plus qu’un gigantesque cirque où il n’y aura plus de place pour des voix comme celles de Domino, et il ne restera plus que ce putain de divertissement familial bourgeois judéo-chrétien. »

kk domino

« C’est toujours moi. La bière était bonne ? Tu veux savoir ce qu’il y a dedans ? Allez, je te donne un indice : c’est un très bon lubrifiant. Alors ? Ouais, de toute façon, savoir la vérité ne t’empêchera pas d’en boire. Tu es conditionné pour ne pas voir, pour garder les yeux fermés coûte que coûte. Si tu m’écoutes encore, c’est que mon histoire t’intéresse quand même un chouille, ou alors c’est de la curiosité, voire de l’ennui – ta génération n’est-elle pas celle de l’ennui ? Puisque tu es là, autant te faire plaisir. Qu’est-ce que tu aimerais trouver dans la suite de mon histoire ? Des gunfights, des bagnoles qui explosent, des filles nues qui savatent des gens, une bonne scène de cul, un peu d’amour et beaucoup de larmes – de l’émotion – et un feu d’artifice au-dessus d’un lac en guise de soleil couchant ? OK, je note tout ça, mais je ne te promets rien. Allez, reprends une bière, et bois à ma santé. Ah, et autant te prévenir, même si tu t’en fous, ce ne sera pas une histoire avec des gentils et des méchants, des coupables et des victimes ; dans mon histoire, il n’y a que des victimes. »

Keira Knightley -- Pirates of the Caribbean At Worlds End

« J’attends que quelqu’un vienne – un garde, la police, je m’en branle, quelqu’un. J’attends longtemps. Personne n’essaie d’entrer dans le complexe ou d’en sortir. J’attends encore un peu puis je mets le contact. Je vois ce que tu veux dire par « trop artificiel ». »

« Le noir mat et éclatant des ombres filtre la lumière mutine des flocons qui peinent à résister – j’en dénombre de moins en moins chaque nuit. Les ombres ont été appelées, convoquées, priées. Elles ne partiront pas tant qu’elles n’auront pas pris ce qu’elles sont venues chercher : la mort de Keira Knightley, ma mort, mon assimilation. »

King Arthur

« Désolée de t’annoncer froidement les choses, mais c’est toi qui as tué Doo-Na. Ta lâcheté, ton ignorance, ta jalousie, ta paresse, et cœtera, sont les seuls responsables de l’uniformisation du monde. C’est beaucoup pour une seule personne mais tu sais aussi bien que moi que c’est la vérité, que tu t’es embarqué tacitement dans un système qui t’a plongé dans une veille raisonnée pour mieux te contrôler, pour mieux te réguler. Tu as besoin pour vivre de repères, de territoires apprivoisés, de codes compris de tous – car nous sommes si bien ensemble. Tu ne veux pas de surprise ; alors personne ne t’en fait. On ne force pas à boire une chatte qui n’a pas soif. »

« Elle m’a demandé quelle cause. J’ai souri et je lui ai répondu que les personnages sont plus importants que le script, les individualités plus importantes que leur somme. Et j’ai disparu dans l’ombre. »

kk austen

Et ce final, ah, ce final ! « Je ne m’en sens pas la force, mais pas à pas, j’entame une lente danse – les lueurs de l’aube qui baignent mon corps nu, les ailes du vent qui soulèvent mes membres endoloris et la neige qui les précède – et je continue de danser, malgré la faim, la soif, la souffrance, pleine de rage et de souvenirs, je danse, luttant pour que l’écho de ma présence ne s’efface pas à son tour de la mémoire de ce monde, je continue de danser pour toutes les K-girls de tous les mondes. »

Arkady K

Pour un premier roman, l’auteur déploie un impressionnant métier. C’est par le jeu matois de ses narrateurs entremêlés et de ses incises obliques qu’il parvient à un double tour de force : discourir beaucoup, au milieu des voix et des monologues intérieurs, sans jamais pontifier – et dégager une authentique tendresse complice, au milieu des mitraillades, des éventrements et des enlèvements.

Et si P.K. Dick était encore parmi nous, il saurait : Keira Knightley EST un Palmer Eldritch bienveillant, même si c’est largement malgré elle.

Et d’ailleurs : « N’oublie pas : you are what you read, you are what you watch. »

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :