☀︎
Notes de lecture 2013

Note de lecture : « Le champ du potier » – Montalbano 17 (Andrea Camilleri)

Dix-septième Montalbano, qui reprend des forces dans une enquête simple mais piégeuse.

xxx

le champ du potier

Publiée en 2007 (en 2008 en français), la dix-septième enquête du rebelle commissaire sicilien Salvo Montalbano maintient prudemment la bouillante Livia à distance, et confirme encore et toujours à quel point la belle Ingrid est la plus précieuse des auxiliaires officieuses, mais voit néanmoins le possible « relâchement » de Salvo, qui craint encore que la vieillesse, qui pointe son nez, ne nuise à sa maîtrise professionnelle et à son intuition, porter un possible préjudice à l’efficacité de son équipe, dans laquelle le fidèle Fazio ne peut compenser seul la présence des buissons épineux dans lesquels Mimi Augello a tout de même le chic pour aller se jeter gaillardement…

L’enquête est un peu plus convenue que la « moyenne Montalbano », mais le commissaire reprend des forces et de la saveur depuis son (relatif) passage à vide des « Ailes du sphinx », pour notre plus grand plaisir.

Renouant ainsi avec Camilleri, après avoir dévoré les 15 premiers au printemps dernier, pour savourer les deux derniers disponibles en français, celui-ci et le n°17, « L’âge du doute ».

campovasaio

« -Parce que cela démontrerait…
– Démontrerait quoi ?! Quoi donc, M. le Questeur ?
Index tremblant tendu vers Bonetti-Alderighi, visage offensé, voix de demi-châtré : début de la scène principale.
– Ah ! Et vous, M. le Questeur, vous avez cru à une accusation si peu étayée ! Ah ! Je me sens vraiment humilié et offensé ! Vous êtes en train de m’accuser d’une faute, non, il s’agit plutôt d’un crime pour un homme de loi comme moi, d’un crime qui mériterait un châtiment sévère ! Comme si j’étais un idiot ou un joueur ! Mais quel possédé, ce journaliste !
Fin de la scène principale. Il se félicita lui-même. Il avait aréussi à faire des phrases en n’utilisant que des titres de romans de Dostoïevski. Le questeur allait-il s’en apercevoir ? »

En photo, la savoureuse interprétation de Cattarella par Angelo Russo dans la série télévisée.

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

"Montalbano" 2010

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :