☀︎
Notes de lecture 2011

Note de lecture : « Cinacittà » (Tommaso Pincio)

« Le chaos domine partout. La situation est excellente » (Mao Zedong)

cinacitta

Publié en 2008, traduit en français en juin 2011 par Sarah Guilmault aux audacieuses éditions Asphalte, « Cinacittà » est le troisième roman de Tommaso Pincio (Marco Colapietro). Il y atteint un nouveau sommet, en combinant des prémisses spéculatives relativement simples, mais osées (une Rome de « bientôt dans le futur », victime de canicules insoutenables du fait du réchauffement climatique, se vide de ses habitants d’origine, remplacés par des immigrés chinois), et la maîtrise jubilatoire des confessions apparemment décousues d’un « loser lucide », accusé d’un « crime atroce».

« Soit dit en passant, je n’ai jamais lu Stendhal non plus. Que mon langage châtié n’induise personne en erreur. Je ne suis pas un homme aux lectures raffinées. Dans ma vie, j’ai vu un paquet de tableaux – anciens et modernes, abstraits et figuratifs – mais, en tout et pour tout, j’ai dû ouvrir une vingtaine de livres, pas plus. Pour lire le dernier, une très intéressante biographie de Karl Marx, j’ai mis plus d’un an. En fait, ce n’était pas le dernier au sens strict du terme mais, de ça, j’en parlerai par la suite. »

pincio

« Dans le passé, je me considérais comme une personne tolérante et ouverte aux cultures exotiques. Puis j’ai dû m’avouer vaincu. Il est évident qu’à un certain moment, on finit par en avoir plein le dos que son calendrier suive le rythme des fêtes d’une civilisation millénaire qui a produit des habitudes comme celle de cracher dans les ascenseurs. »

« Ma théorie est que cette prétendue compulsion d’aveu est une invention des criminologues – les Freud du crime – dans le but de simplifier la vie aux magistrats enquêteurs (…). Répéter jusqu’à la nausée à l’accusé qu’au fond il ne veut rien d’autre que ça : être découvert et passer aux aveux. Un bobard de ce genre pouvait séduire par le passé, aux temps de « Crime et châtiment », quand les accusés, la plupart du temps analphabètes et naïfs, avalaient tout ce qu’on leur débitait pendant les interrogatoires. Aujourd’hui, cependant, il faut vraiment sortir d’un asile de fou pour gober ça. (…) Presse, journaux télévisés et thrillers en tout genre ont ouvert les yeux aux gens. »

« Le chaos domine partout : la situation est excellente (Mao Zedong). »

chinatown-1

La férocité joyeuse de la caricature (les pires travers, réels ou fantasmés, de toutes les Chinatowns du monde assemblées en un seul lieu, et multipliées à l’envi), la subtilité des perceptions de la décadence progressive, qui s’accélère (la citation d’Hemingway qui hante le roman est emblématique : « D’abord petit à petit, puis d’un seul coup »), et enfin la saveur de la machination qui se dévoile lorsque le monologue du narrateur trouve sa cohérence, composent un mélange détonant, dont les derniers mots du livre fournissent peut-être la clé ironique (mais dont la connaissance préalable ne gênera pas votre lecture !) :

« Bon, je crois avoir tout dit. Il ne manquera que la morale de l’histoire. Chaque histoire doit en avoir une. Concernant le crime atroce dont je viens de vous faire le récit, la morale pourrait être la suivante : LISEZ BEAUCOUP DE BIOGRAPHIES. Une seule ne suffit pas. (…) Lisez-en et offrez-en à vos amis, vous ne pourriez pas leur rendre plus grand service. Si elle vous a plu, offrez-leur la mienne, comme ça vous m’en rendez un, à moi aussi. J’ai de quoi manger, certes. Mais pour le reste, la prison n’est pas un pays de Cocagne. Ici, la vie est chère comme partout ailleurs. »

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :