☀︎
Notes de lecture 2011

Note de lecture : « Ainsi naissent les fantômes » (Lisa Tuttle)

Un fantastique subtil et inquiétant, magnifiquement mis en valeur ici…

ainsi naissent les fantômes

Deuxième réalisation des jeunes éditions Dystopia Workshop (qui sont des amis, sachons-le) après le déjà mythique « Bara Yogoï » (Léo Henry & Jacques Mucchielli), ce recueil de nouvelles de Lisa Tuttle, choisies, traduites et présentées par Mélanie Fazi, est tout à l’honneur de ces passionné(e)s de l’écrit de talent.

Lisa Tuttle est sans aucun doute l’une des plus attachantes auteurs d’un trop rare fantastique, subtil et inquiétant, dont l’art est magnifiquement décrit par Mélanie Fazi dans sa préface : « J’aime particulièrement cette façon qu’à Lisa de semer l’étrangeté par petites touches, d’insuffler un malaise diffus à travers les détails du quotidien, mais aussi de rendre simple et belle une idée de départ insolite (…) ».

Ces six nouvelles, publiées à l’origine entre 1984 et 2007, parcourent avec goût l’œuvre composite de l’écrivain américano-britannique.

« Le remède » (1984) est un exercice brillant de traitement fantastique et intimiste d’une spéculation sur la nature du langage, que ne renieraient ni le Samuel Delany de « Babel 17 » ni le Ian Watson de « L’enchâssement ».

« La Fiancée du Dragon » (1986) est depuis « toujours » l’une de mes nouvelles préférées de l’auteur, dans laquelle la faille transatlantique agit comme l’indice permanent d’une faille plus radicale, dans laquelle s’engouffrent, insidieusement, le mythe et l’archaïque. « Fitz gémit intérieurement. Les dragons, licornes et chevaliers en armure – il détestait ces histoires pleines de clichés. Cela dit, elle cherchait dans « Le Rameau d’or », pas au rayon science-fiction ».

tuttle

« L’heure en plus » (1997), comme le précise l’excellent entretien entre l’auteur et l’anthologiste proposé en postface, nous place habilement au cœur du conflit entre création et vie quotidienne, d’une manière subtile, sans doute féminine mais pas uniquement. « Une heure, c’est tout ce que je demande. Une heure de plus à consacrer à l’écriture dans chaque journée. Alors je pourrais finir mon livre, et ensuite… Eh bien ce serait un début ».

« Ma pathologie » (1998) est l’une des plus authentiquement bizarres nouvelles fantastiques que je connaisse. Mêlant avec audace une quête alchimique peut-être insensée et les angoisses naturelles face à la maternité, son décor de banlieue britannique ordinaire en fait un concentré d’effroi et d’investigation psychologique à la fois. « Ce n’est peut-être pas une vérité universelle, mais ce qu’on n’obtient pas facilement a bien plus de valeur à nos yeux. (…) L’amour est une besoin fondamental chez l’être humain. Est-il logique d’en parler comme d’une maladie ? ».

« Mezzo-Tinto » (2003), à nouveau toute en subtilité, est pourtant plus « classique », et renvoie explicitement à une tradition de nouvelles « gothiques » et de contes édifiants, en utilisant toutefois toutes les ressources d’un traitement tout à fait contemporain.

« Rêves captifs » (2007) enfin, qui introduit le recueil, est vertigineuse. Le sentiment d’horreur qui étreint le lecteur dans les dernières lignes, sans que rien de « terrible » n’ait été écrit, représente un tour de force à lui seul. « Il m’est arrivé quelque chose d’affreux quand j’étais petite ».

fazi

Espérons que cette superbe réussite d’anthologiste et d’éditeur donnera des envies à de nombreux lecteurs, et qu’ainsi Lisa Tuttle retrouvera le chemin de l’édition française, qui ne l’avait plus traduite, de manière guère explicable, depuis une bonne dizaine d’années, alors qu’elle figure indéniablement – et ce volume en est la preuve – parmi les artistes fantastiques contemporaines les plus talentueuses.

Note ajoutée début 2014 : cette redécouverte semble doucement en bonne voie, puisque le recueil a été récompensé par le Grand Prix de l’Imaginaire 2012, et qu’une nouvelle anthologie est annoncée aux éditions Dystopia Workshop pour avril 2014.

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :