☀︎
Notes de lecture 2012

Note de lecture : « Chien de faïence » – Montalbano 2 (Andrea Camilleri)

Pour sa deuxième enquête, Montalbano élucide un mystère de 1943, grâce à un mafieux brièvement repenti.

chien de faïence

La deuxième enquête publiée du commissaire Salvo Montalbano, en 1996, me semble encore plus réussie que la première. L’environnement du policier sicilien, à Vigata, se met en place, fait de fidélités informelles (le questeur, Ingrid, Anna,…), de méfiances vaguement amusées (Augello), d’amour (Livia),…

S’arrangeant pour faire emprisonner à sa demande un mafieux en fin de carrière – qui sera néanmoins assassiné par ses complices, Montalbano trébuchera incidemment sur un obsédant mystère datant de 1943, impliquant un couple d’amants et un chien de terre cuite découverts dans une grotte secrète… Une belle manière de découvrir aussi comment le commissaire s’arrange pour faire son devoir tout en poursuivant ses propres objectifs…

 » « Mais qu’est-ce qu’il représente, le chevalier Misuraca ? » se demanda Montalbano tandis que l’autre continuait à brandir de terribles menaces. Rien, absolument rien du point de vue, comment dire, officiel. Employé communal depuis fort longtemps à la retraite, il n’assumait ni n’avait jamais assumé de charge publique ; dans son parti, c’était un simple adhérent. Homme d’une honnêteté au-dessus de tout soupçon, il vivotait dignement à la limite de la pauvreté ; même à l’époque de Mussolini, il n’avait pas voulu en profiter ; il avait toujours été un simple homme du rang, comme on disait alors.
En compensation, depuis 1935, il s’était tapé toutes les guerres et s’était retrouvé au milieu des pires batailles, il n’en avait pas raté une, il paraissait doué d’ubiquité, de Guadalajara en Espagne à Bir El Gobi en Afrique du Nord, en passant par Axoum en Éthiopie. Puis la prison au Texas, le refus de collaborer, une prison plus dure en conséquence, au pain sec et à l’eau. Il représentait donc, conclut Montalbano, la mémoire historique d’erreurs historiques, certes, mais vécues par lui avec une foi ingénue et en payant de sa personne : parmi une série de blessures sérieuses, l’une le faisait boiter de la jambe gauche. »

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici. Si vous n’avez pas encore lu la première enquête, « La forme de l’eau », c’est .

À propos de Hugues

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :