☀︎
Notes de lecture 2013

Note de lecture : « Version originale » (Collectif)

Douze superbes nouvelles sur le cinéma, ses passions, ses ruses, ses émotions.

Version originale

Comme les éditions Antidata commencent à nous y habituer, cette anthologie collective parue début avril 2013 nous offre douze somptueuses nouvelles, cette fois sur le thème du cinéma.

On pourra ainsi y méditer, en arpentant un plateau de tournage, sur l’ironie du sort qui fait du seul livre dont un écrivain ait honte, un brûlot de rage et de vengeance adressé à son ex-femme, son véritable best-seller par la magie de l’adaptation cinématographique (Éric Pessan, « Tout est mieux sans toi »), vivre un instant suspendu de la vie d’un acteur de X, sélectionné par Alain Resnais pour un rôle dans un film « mainstream », et saisir le vertigineux décalage que cette situation crée pour lui (Laurent Banitz, « Rencontre avec X »), engendrer un érotique fantôme des salles obscures, pourtant bien en chair, à force de passion et d’intensité cinéphile (Pascal Pratz, « Mon cinéma intime »), suivre l’étrange et fort dialogue entre une femme de ménage (dont on ne peut que deviner les répliques) et une vieille dame prolixe, dont le cinéma a changé la vie, ou aurait pu changer la vie, ou dont elle a imaginé qu’il lui changeait la vie (Ludmila Safyane, « Petite sotte »), passer dans une subtilement glauque transition de l’érudition sur le film noir américain à une terriblement authentique tranche de réalité noire parisienne (Jean-François Dormois, « La neige en sang (Bloody Sidewalk) »), sous une forme joliment théâtrale, conduire une exploration domestique de l’expression « se faire un film » (Murielle Renault, « Projection privée »), et même suivre la carrière et le destin d’acteur d’un… crabe, certes apprivoisé (Christophe Ségas, « Fernando et le crabe domestique »).

Mes cinq préférées se détachent cette fois-ci ainsi, justifiant à elles seules l’acquisition de ce recueil, peut-être encore meilleur que « Douze cordes » et « Temps additionnel », chez le même éditeur.

Stéphane Monnot, avec « Lulu et les châteaux en Espagne », nous offre l’époustouflant traitement de la dépression et de la psychose du licenciement comme un véritable « film intérieur », découpage technique à l’appui.

Gilles Marchand, avec « Deux demi truites », nous livre une prouesse de justesse émouvante, dont un Demy ou un Truffaut n’auraient sans doute pas rougi, dans une tranche d’adolescence qui voit un jeune garçon, en pleine passion des comics et des super-héros, « tomber » dans le cinéma et en devenir amoureux, par la grâce d’un film d’Aki Kaurismaki et de l’effet magique qu’il opére sur sa mère jusque là toujours si triste.

Stéphane Le Carre, avec « Des pas de travers sur les lignes droites », réalise un formidable hommage contemporain au film de western, truffé de références superbes, pour un moderne braquage à part entière, et l’amour de l’Ouest dans toute sa splendeur ambiguë.

Karine Médrano, avec « Mourir comme Bette Davis », nous donne peut-être la nouvelle la plus forte, la plus poignante et la plus terrible du recueil, dans le miroir de cette mère de famille qui se masque, à grand peine et à grands coups de visionnage effréné de DVDs, la réalité de la monstrueuse dépression qu’elle traverse suite à un drame familial.

Malvina Majoux, enfin, et cela devient donc une heureuse habitude, nous propose, avec « Fast and Manouche », la nouvelle la plus drôle et la plus déjantée du recueil, à fond les manettes, au volant d’une vieille caisse trafiquée à mort, entre Norbert, le producteur vieillissant de cascades automobiles audacieuses garanties sans truquages ni retouches par effets spéciaux, et Gricha, le jeune gitan recruté à la va-vite au bord de la route pour remplacer au pied levé un pilote défaillant… Énorme.

Un régal, varié et abouti.

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici. Et, parce qu’Antidata propose décidément de bien belles anthologies collectives, il serait dommage de rater « Douze cordes », ici, « Temps additionnel », , ou le recueil suivant (dont je parle sur ce lien) « Jusqu’ici tout va bien », là-bas.

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :