☀︎
Notes de lecture 2011

Note de lecture : « La taverne du doge Loredan » (Alberto Ongaro)

Une superbe et fine mise en abyme du roman d’aventures classique.

la taverne du doge Loredan

Curiosité de libraire en parcourant le catalogue Anacharsis, recommandation appuyée d’une amie lectrice avisée et habituée de notre librairie : et voici un étonnant roman d’Alberto Ongaro, auteur vénitien bien connu des Italiens, mais relativement discret en France, publié en 1980, traduit en 2007 par Jacqueline Malherbe-Galy et Jean-Luc Nardone.

Double plaisir et tour de force qui mêle un véritable roman d’aventures du XIXème siècle « à la Stevenson« , avec force amours passionnées, duels épiques, poursuites endiablées dans toute l’Europe, corbeaux énigmatiques… et, étroitement entrelacée au point d’en devenir un véritable abîme, une réflexion toute contemporaine sur l’écrivain, le personnage, la réalité, la fiction…

« Ici l’histoire bifurque en prenant deux directions différentes, l’une vers la prison de Tothill Fields, l’autre vers l’hôtel qui donne sur les Kensington Gardens où Nina est descendue quelques minutes la dernière fois que nous l’avons vue. Schultz fait signe à un landau qui au milieu des flaques avance vers lui trop lentement pour avoir un passager à bord. La lenteur avec laquelle ces voitures de louage avancent équivaut en effet à la lumière allumée à l’avant des taxis modernes. Schultz a peut-être déjà fait son choix en se libérant d’un devoir pénible. Le cocher touche son chapeau en guise de salut. À la prison de Tothill Fields, dit Schultz en montant à bord. Au fond, en y repensant, sa décision est la plus juste. Dans une histoire les personnages secondaires, bien que non privés d’intérêt comme est le moine au fond, doivent être expédiés avant les personnages principaux à qui reviennent de droit les dernières pages, les mots de conclusion. »

Une curieuse parenté, ainsi, toutes proportions gardées mais avec le même humour irrévérencieux, avec le film « Les cadavres ne portent pas de costard »… et qui donne bien envie d’explorer davantage les écrits de ce vrai-faux gentleman vénitien.

Pour acheter le livre chez Charybde, c’est ici.

À propos de charybde2

Un lecteur, un libraire, entre autres.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :